ETIENNE FRISQUE ALIAS EFRI

Il s'est passé tant de choses depuis ...
En quelques images marquantes (pour moi), voici le résumé d'une évolution sur une petite dizaine d'années. Quand les gribouillages deviennent une oeuvre. Quand la réalité devient virtuelle, quand l'abstraction devient réalité, on se retrouve à la croisée entre deux mondes.

Cela fait quelque temps déjà que je couvre des pages de griffonnages plus ou moins réalistes. Souvent en noir et blanc. Parfois en couleurs, sur des formats plus grands. C'est parfois un passe temps, quand je ne dors pas, pour rendre l'insomnie utile... Mais c'est surtout, un besoin impérieux de dessiner quelque chose, faire des lignes, des taches, n'importe quoi. Et tout de suite.

C'est ainsi que je me saisis de sachets en papiers, des vieilles enveloppes pour faire mes griffonnages. Parfois parce que je n'ai rien d'autre sous la main, souvent parce que je trouve que ça ne vaut pas la peine de gaspiller du beau papier pour ces dessins sans importance.

Et puis, vient le jour où ces gribouillages prennent de l'importance. Je les regarde et je les trouve intéressants. Pendant un temps j'ai pensé pouvoir faire "vivre" cela avec de l'art numérique. Mais bien vite le contact avec le papier, les crayons m'a manqué.

Mais je resterai déchiré entre le travail brutal des grands dessins abstraits et le travail tout en délicatesse de mes portraits ou des sacs.

Powered by MIND FACTORY